Faïences Art Nouveau 

Vers le milieu du 19ème siècle, de nouveaux procédés ont signifiés un tournant dans les entreprises anglaises de faïence. Des producteurs belges aussi s’y mettent. A partir de 1897 la Manufacture de Céramiques Décoratives d’Hasselt menait une grande campagne publicitaire pour promouvoir l’utilisation de matériaux céramiques dans la construction de maisons. Avec les Frères Boch à La Louvière, Helman à Berchem-Sainte-Agathe et Gilliot à Hemiksem, ils ont rendu célèbres les faïences belges dans le monde entier.

Vu les grands avantages d’ordre pratique, l’utilisation de faïences à Blankenberge a connu une grande flambée, en particulier dans la période 1905-1914. Dans la construction urbaine, les tableaux pleins de couleurs donnaient un cachet à part aux habitations mitoyennes.

Toutes les entreprises de renom avaient leurs représentants ici et on trouve également des réalisations françaises et allemandes. Les motifs floraux étaient de loin les plus populaires mais les scènes de nature avec oiseaux et les scènes marines étaient très prisées elles aussi. Les commerçants faisaient étalage de grands panneaux publicitaires.

De la plus petite frise jusqu’au fronton arqué et de l’enseigne jusqu’au tableau imposant, on les trouve tous à Blankenberge et, en dépit de la furie de démolition, l’offre reste toujours considérable. L’importance du patrimoine des faïences blankenbergeois a été confirmée en 2003 lorsque les maisons portant le plus de faïences art nouveau décoratives ont été classées comme monument.

Expert en faïences, Mario Baeck a pu identifier nombre de réalisations de décorations murales en faïences, et a ainsi largement contribué à faire connaître ce patrimoine unique.

Son discours à l’occasion de l’ouverture de l’exposition Art Nouveau à Blankenberge (2001) se terminait ainsi:

 “Je tiens à plaider devant cette assemblée pour la sauvegarde et la valorisation de ce patrimoine exceptionnel.  De nombreux exemples à l’étranger – Paris, Londres, Glasgow, Dresde – ont démontré que cette grande concentration de panneaux à faïences de bonne qualité peut être un grand atout commercial et touristique. Il serait à mon avis indiqué à Blankenberge d’entourer de tous les soins nécessaires les quelques ensembles intacts et de les protéger – en particulier ceux qui ont valeur de relique. Là où ce n’est pas possible, il faudrait les faire démonter et leur donner une destination muséale.’’

Plus de fotos